Ces randonnées naissent à la confluence d’un territoire, par son attrait paysager et sa richesse territoriale, et d’un accompagnateur les connaissant bien, qui dans la plupart des cas vit sur ce territoire où il est impliqué.

L’accompagnateur est donc porteur de son projet.

Cette découverte, qui peut être qualifiée de territoriale, dans le sens où elle n’est pas seulement l’enchaînement des plus beaux paysages de la région, mais une approche plus en profondeur, une introduction à des espaces de vie.

 

L’espace rural et montagnard est, par nature, centré sur l’être, et non sur le faire ; rencontre, dépaysement, vie saine sont ces nouveaux chemins de découverte.


Interview de Pascal Lluch à propos RandoPays®

 

RandoPays® : que faut-il comprendre ?

 

J’ai lancé en 2008 le projet de randonnées en France que j’appelle randonnées territoriales, dans le sens où l’offre n’est pas seulement la découverte des plus beaux paysages de telle ou telle région, mais une découverte plus en profondeur, une approche des espaces de vie, quelle qu’en soit la forme. Ce sont les Accompagnateurs en Montagne (Brevets d’état), vivant chacun dans des massifs et ayant leurs centres d’intérêts, leurs compétences, et leur implication sur leur territoire, qui sont porteurs chacun d’un projet.

 

Nous connaissons ton engagement pour l’avènement d’un tourisme responsable ? Y a-t-il un rapport ?

 

Par le choix de ses vacances, on peut favoriser les initiatives innovantes, le tourisme montagnard d'intersaison, les zones peu fréquentées, le partage des «savoir vivre ensemble», un tourisme diffus, la mobilité douce ; RandoPays n’a pas d’autre objet que ceux-ci. Quel intérêt y aurait-il à proposer les grandes classiques de nos massifs, rodées depuis plus de 20 ans, et engorgées aux mêmes périodes ? Au contraire nous pensons qu’il faut aller voir ailleurs ; et surtout voir ce qui s’y passe. Le tourisme aujourd’hui a mieux à faire que de donner des rendez-vous devant les plus belles cartes postales. Nous évitons les lieux déjà dépendant du tourisme (on en voit la fragilité aujourd’hui, ici ou ailleurs) et préférons les secteurs de moindre notoriété et des itinéraires originaux, les nôtres !

 

Le territoire est un mot que tu emploies souvent…

 

La vitalité d’un territoire est faite de mille choses à découvrir ; chaque région a ses richesses, ses problématiques humaines, économiques, environnementales. Bien des territoires de montagne se repeuplent, se diversifient, et sont les engagés sur des dynamiques intéressantes. Et les initiatives relevant du souci environnementaliste, durable, responsable nous intéressent ; nos randonnées mettent en relief ces acteurs, éleveurs ou agriculteurs bios, élus locaux engagés, productions d’énergies ou de biens durables, etc.

Nous recherchons donc les produits locaux (petits commerces, producteurs), les hébergements non professionnels (accueil chez les pluri actifs), favorisons les accès par le train, les bus, et navettes collectives ; les transports pendant les randonnées sont réduits à néant (ou exceptionnels).

Et chaque accompagnateur a ses centres d’intérêt, ses compétences. Il est le médiateur entre le territoire, les acteurs et le voyageur.

Il s’agit bien de découvrir une région par les gens qui la vivent, qui la font vivre.

Nos randonnées naissent donc à la confluence d’un territoire, par son attrait paysager et sa richesse territoriale, et d’un accompagnateur connaissant bien, et dans la plupart des cas vivant sur ce territoire.

 

Concrètement aujourd’hui que propose RandoPays ?

 

Le site de RandoPays propose mes itinéraires, principalement situés dans et autour du Trièves. Le projet RandoPays a aussi pour vocation de mettre en valeur les initiatives similaires, sur d’autres territoires. Ces randonnées peuvent présenter des thématiques spécifiques, liées à une compétence particulière de l’accompagnateur.

Dans les mois à venir d’autres accompagnateurs portant les mêmes valeurs, les mêmes motivations vont intégrer RandoPays.

 

  Les week-ends sont aussi organisés dans cet esprit ?

 

Oui. Et ils sont portés par les mêmes accompagnateurs, dans leur secteur, et avec le même souci de découverte d’un territoire. Nous souhaitons en faire des moments de rencontre, pour parler aussi séjours, voyages, et bien sûr terroir…

 

En guide de conclusion ?

 

L’espace rural et montagnard est, par nature, centré sur l’être, et non sur le faire ; rencontre, dépaysement, découverte, vie saine. RandoPays, c’est vivre un voyage plutôt que le faire.

J'ai souhaité que ces itinérances génèrent un tourisme de qualité, respectueux de l'environnement, du travail des hommes sur le registre d’un développement local efficace, socialement équitable et écologiquement tolérable.

 

A bientôt, sur ces nouveaux chemins de découverte.

Pascal Lluch

Retour à la page d'accueil     Retour à la page "Qui sommes-nous"