Etre Accompagnateur en Montagne exige une connaissance approfondie du milieu montagnard et de sérieuses capacités physiques. Il demande également au titulaire des qualités humaines de partage, de dialogue et de communication.

L'Accompagnateur en Montagne fait avant tout découvrir les milieux naturels et humains lors d'activités de randonnées qu'il encadre et anime avec une obligatoire de maintien de la sécurité du groupe et des individus qui le compose.
La diversité de ses compétences lui permet d’exercer toute l’année, par de multiples pratiques et dans tous les massifs montagnards.

Déonthologie, prérogatives, ... lire la suite

 

Contenus de la formation

Un accompagnateur en Montagne est détenteur du Brevet d’état d’Accompagnateur en Montagne. Ce dernier est régit par loi, en particulier par l'Arrêté du 21 juillet 1994 modifié

La formation spécifique conduisant au diplôme d’accompagnateur en moyenne montagne du brevet d’Etat d’alpinisme comporte dans l’ordre chronologique :

  • un examen probatoire ;
  • La formation générale commune aux métiers sportifs de la montagne ;
  • une unité de formation « connaissance fondamentales ;
  • un stage en situation ;
  • une unité de formation « milieu naturel estival ;
  • une unité de formation « moyenne montagne enneigée ou « moyenne montagne tropicale ;
  • un examen final.

Examen probatoire

L’examen probatoire comporte les épreuves suivantes :

  • Une épreuve de marche en moyenne montagne, éliminatoire ;
  • Un parcours en terrain varié ;
  • Une épreuve pratique d’orientation éliminatoire. Pour réaliser cette épreuve, le candidat ne peut utiliser qu’une boussole à aiguille aimantée, une carte et un altimètre, à l’exclusion de tout autre procédé technologique.
  • Une épreuve d’entretien avec le jury portant sur l’environnement naturel et humain permettant d’évaluer ses connaissances dans ces différents domaines ainsi que son aptitude à la communication.
  • Les épreuves de parcours en terrain varié et d’entretien avec le jury sont notées chacune sur 20 ; toute note inférieure à 8 à chacune de ces épreuves est éliminatoire.
  • Sont admis les candidats qui ont satisfait aux épreuves éliminatoires et obtenu au moins 20 points au total de l’épreuve de parcours en terrain varié et de l’épreuve d’entretien.

Formation

Elle a pour objectif de faire acquérir par le candidat et de valider les connaissances fondamentales à l’exercice de la profession dans les domaines de :

  • L’animation et la conduite de groupe ;
  • La sécurité en terrain montagnard et l’orientation-navigation ;
  • La connaissance du milieu montagnard ;
  • La législation propre à l’activité et au milieu.

Le stage en situation est constitué par une période d’expérience pré professionnelle qui peut se dérouler jusqu’à la péremption du livret de formation. Cette période permet la réalisation de randonnées pédestres recouvrant un minimum de vingt journées dont plus de la moitié est effectuée dans la même région. Six journées au minimum comportant au moins une sortie de deux jours sont passées en présence d’un titulaire de l’un des diplômes du brevet d’Etat d’alpinisme. Trois de ces dernières sont effectuées sous l’autorité du conseiller pédagogique qui atteste la liste des randonnées réalisées. Ces randonnées sont réalisées sur des itinéraires différents en situation d’encadrement professionnel.

Durant le stage, le candidat est placé sous le contrôle d’un conseiller pédagogique figurant sur une liste établie par le directeur régional de la jeunesse, des sports et des loisirs sur proposition de la commission régionale d’agrément.

Examen Final

Pour accéder à l’examen final, les candidats accompagnateurs stagiaires doivent avoir réalisé l’intégralité du cursus, validé dans les conditions définies par le présent arrêté, posséder un livret de formation en cours de validité.
L’examen final a pour but d’évaluer le candidat sur ses connaissances et l’expérience acquises au cours de la formation ainsi que sa capacité à exercer la profession d’accompagnateur en moyenne montagne.

Epreuve écrite :
Le document rédigé par le candidat doit faire apparaître dans chacune des deux parties, au moyen d’analyses et de réflexions personnelles, un lien étroit entre les connaissances acquises depuis le probatoire et son expérience préprofessionnelle.

Epreuve pratique :
L’épreuve se déroule sous forme d’une randonnée en moyenne montagne d’une demi-journée minimum. Deux jurés effectuent la randonnée avec un groupe de dix personnes maximum. Au cours de cette randonnée, chaque candidat est interrogé et noté individuellement par chacun des deux jurés : il est jugé :

  • Sur sa capacité à gérer un groupe et à prendre les mesures appropriées en cas d’accident;
  • Sur l’utilisation de l’environnement comme support de l’activité. Le jury peut éventuellement demander au candidat, en fin de séance, de justifier sa démarche.

Recyclage

Au titre de son maintien dans le milieu spécifique, la profession d’Accompagnateur en Montagne, comme celle de Guide de Haute Montagne, doit satisfaire, depuis 2003, aux obligations réglementaires du recyclage obligatoire des professionnels.

Ce recyclage des professionnel est mis en œuvre par le Centre de Formation des Accompagnateurs en Montagne dans le cadre d’un comité de pilotage composé du Ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie Associative, de l’Ecole Nationale de Ski et d’Alpinisme, de la Fédération Française de la Montagne et de l’Escalade, de l’Union des Centre de Plein Air et du Syndicat National des Accompagnateurs en Montagne.
Le recyclage des professionnels conditionne l’obtention de la carte professionnelle délivrée par la DDJS et l’autorisation d’exercice.