Ethiopie, l'Ouest méconnu, du 01 au 30 octobre 2011

En octobre 2010, nous étions déjà en Ethiopie pour un périple de 5 semaines. Sur un mode tranquille, nous avons visité les églises perchées et rupestres du Tigré, vu les sources du Nil, marché dans le parc du Simien, ainsi que dans la dépression afar, navigué en traversée sur le lac Tana, suivi la rivière Awash, parcouru les premiers lacs du rift et séjourné à Harar !

En résumé : les hauts plateaux (la route historique), la dépression afar, les montagnes d'Harar et le début du Rift pour un voyage entre 30 m sous le niveau de la mer et 4400 m dans le Simien...

Lisez en bas de cette page les quelques lignes écrites au retour de ce voyage.

 

Un diaporama vous donnera un bel aperçu des paysages, de la faune si belle et si variée, et des personnes qui nous ont reçu.

 

Cette année nous repartons pour une large région de l'Ethiopie très peu visitée, le quart sud-ouest. La plupart des touristes et des voyageurs se concentre dans la vallée de l'Omo, pour aller voir les fameuses ethnies, dont les images circulent dans le monde entier.

Nous préférons nous rendre sur tout le territoire à l'Ouest de l'Omo, jusqu'à la frontière du Soudan. La trame du voyage : Addis Abeba / Nekemt / Gambella / Bebeka / Turgit / Kibbish / Katuta / Jima / Addis Abeba.

 

Très peu de voyageurs fréquentent ces régions ; la circulation est difficile, et les informations difficile à trouver. Des terres fertiles, un climat tropical humide, le berceau historique du café, des routes incertaines, la proximité du Soudan (d'où de nombreux réfugiés sont venus dans la région) sont les ingrédients d'un voyage plein de promesses mais aussi d'incertitudes.

Nous nous adapterons, et adapterons l'itinéraire au fil des jours...

 

Nous ferons un récit de ce voyage, qui paraitra dans une RandoLettre (inscrivez-vous ci-contre à gauche !).

 

Il n'y a plus de place pour s'inscrire à ce voyage !

 

Vous aussi, vous êtes 8 / 10 personnes et vous souhaitez voyager en Ethiopie ? Nous vous emmenons ! N'hésitez pas à nous consulter.


Etonnante Ethiopie…

Pascal Lluch – 11 2010

 

Pourquoi diable savais-je, en 2003, que je retournerai un jour en Ethiopie ?

Mon voyage en pays afar m’avait donné un aperçu de la variété et de la force de ce pays. Aujourd’hui, de retour de cinq semaines d’itinérance non calculée, je sais que je n’ai fait qu’effleurer à nouveau cette terre de légendes, dont celle de sa filiation avec le roi Salomon est la plus prégnante, fondatrices de l’identité contemporaine commune d’une multitude de peuples. Si l’histoire unificatrice est un champ d’études pour les chercheurs, les géographes peuvent trouver leur bonheur dans la multitude de régions différentes. Des hauts plateaux, où l’homme vit à 3000 mètres comme dans nos campagnes à 500 mètres, à la dépression afar, pour partie sous le niveau des mers et surchauffée dès le mois de février, en passant par la trop fameuse vallée de l’Omo, quoi de commun ? Si ce n’est la difficulté et l’absolue nécessité de tirer de son très proche environnement tout ce qu’on a besoin tout au long de l’année. Cette opiniâtreté, cette précarité face aux aléas, est peut-être ce que nous aimons appeler « l’authenticité ».

En Ethiopie, l’Homme s’est installé partout. Et ce pays de montagnes est quasi entièrement façonné par un labeur séculaire. Mais cette agriculture de subsistance, familiale, si elle a détruit, et détruit encore les forêts, n’a pas fait disparaître toute la faune. La découverte des oiseaux en Ethiopie est un enchantement permanent ; un maillage de parcs nationaux tente de préserver certains milieux emblématiques et leurs mammifères.

 

L’Ethiopie entremêle sans cesse l’histoire, celle des peuples comme celle des puissants, les modes de vie, la nature et ses paysages époustouflants.

Mon prochain voyage est déjà dans les cartons…